Être Missionnaire, c'est aimer

 de l'Histoire d'une âme de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus :

"La charité me donna la clé de ma vocation. Je compris que, si l'Eglise avait un corps composé de différents membres, le plus nécessaire, le plus noble de tous les organes ne lui manquait pas. Je compris qu'elle avait un coeur, et que ce coeur était brûlant d'amour. Je comprs que l'amour seul faisait agir ses membres, que , si l'amour venait à s'éteindre, les apôtres n'annonceraient plus l'Evangile, les martyrs refuseraient de verser leur sang. 

Je compris que l'amour renfermait toutes les vocations, que l'amour était tout, qu'il embrassait tous les temps et tous les lieux, parce qu'il est éternel !

Alors, dans l'excés de ma joie délirantes, je me suis écriée: " Ô Jésus, mon amour ! ma vocation, enfin je l'ai trouvé ! ma vocation, c'est l'amour ! Oui j'ai trouvé ma place au sein de l'Eglise et cette place, Ô mon Dieu, c'est vous qui me l'avez donnée : dans le coeur de l'Eglise ma Mère, je serais l'amour! ......Ainsi, je serais tout, ainsi mon rêve sera réalisé !"

Pourquoi parler de joie délirante ? Non, cette expression n'est pas juste, c 'est plutôt la paix qui devint mon partage, la paix calme et sereine du navigateur apercevant le phare qui lui indique le port.

Ô phare lumineux de l'amour ! je sais comment arriver jusqu'à toi, j'ai trouvé le secret de m'approprier tes flammes !

Je ne suis qu'une enfant impuissante et faible, cependant, c'est ma faiblesse même qui me donne l'audace de m'offrir en victime à votre amour, ô Jésus !

O mon Dieu je le sais, l'amour ne se paie que par l'amour. Aussi j'ai cherché, j'ai trouvé le moyen de soulager mon coeur en vous rendant amour pour amour.