Bienheureuse Anne Wang, la petite Chinoise

 Bienheureuse Anne Wang 

  Une chrétienne chinoise dans la lumière du martyre (1886 , 1900 )

Anne est née dans une famille très pauvre. Elle est très intelligente. Anne perd sa maman a l'âge de 5 ans. Elle décide alors de se donner à Dieu. Elle a 14 ans en 1900 quand une troupe remplie de haine envahit le village. Ils font monter les habitants dans une charrette menacés par des sabres: "c'est parce que vous êtes chrétiens qu'on vous a pris. Reniez votre foi, sinon vous mourrez! " 

Anne va aux uns et aux autres en les soutenant et les réconfortant: "bientôt, nous irons au ciel " répète-t-elle.

La belle-mère d'Anne faillit et décide de renoncer à la foi catholique. Elle veut entraîner Anne, mais la fillette s'accroche à la porte en criant: " Je ne veux pas renier Dieu. Jésus, sauve-moi!"

La nuit tombe et les soldats veillent sur les prisonniers devant l'église éclairée par les cierges. Anne continue sans se fatiguer de remonter le moral des prisonniers: " Ce sont les cierges de notre église! Regardez comme ils sont beaux ! Mais la gloire du Ciel va nous apparaître mille fois plus éclatante! " Et elle entraîne tout le monde à réciter la prière du soir.

Le lendemain, le 22 juillet, on emmène les prisonniers sur le lieu d'exécution. Anne fait s'agenouiller les chrétiens vers l'église et entonne des prières. Un des hommes s'approche d'elle et exige de renier sa foi.

Elle se dresse fièrement: " Je préfère mourir!"  et l'homme lui tranche l'épaule gauche.

Vas-tu renier ta foi?

Deuxième coup sur l'épaule. Elle tombe à genoux.

"La porte du ciel est ouverte, dit-elle, le visage rayonnant.

Elle prononce trois fois "Jésus", puis baisse la tête et tend le cou au bourreau. Un coup de sabre et la tête de la jeune fille roule aux pieds de son tortionnaire.

 

ANNE WANG 

Ana Wang naquit en Chine en 1886 dans une famille chrétienne. Elle perdit sa mère à l'âge de 5 ans. À 11 ans, on voulut l'obliger à se marier, mais elle s'y opposa énergiquement. Le 21 juillet 1900, une bande armée entra dans le village et enleva un groupe de chrétiens, en les menaçant de mort s'ils ne renonçaient pas à leur condition de chrétiens. Sa belle-mère voulut l'obliger à abjurer sa foi pour avoir la vie sauve, mais Ana refusa courageusement. Avec quelques compagnes, elle passa toute la nuit en prière. Le lendemain, elle fut décapitée

 

" L'Église aujourd'hui rend grâce à son Seigneur, qui la bénit et l'inonde de lumière avec la splendeur de la sainteté de ces fils et de ces filles de Chine. L'année sainte est le moment le plus opportun pour faire en sorte que resplendisse leur témoignage héroïque. La jeune Ana Wang, de 14 ans, résiste aux menaces de son bourreau qui l'invite à apostasier et, se préparant à la décapitation, le visage radieux, déclare : 'La porte du ciel est ouverte à tous', et susurre trois fois 'Jésus' ". 

(Homélie de SS. Jean-Paul II, Canonisation de 120 martyrs en Chine,
 1er octobre 2000)