Padre Pio : Patron de notre Mouvement

Il est né le 25 mai 1887 à Pietrelcina, dans la région de Naples, 

Francesco Forgione, son nom , Il fut baptisé dès le lendemain de sa naissance dans la petite église Sainte-Marie-des-Anges qui se dresse tout près de sa maison natale. Francesco était le deuxième enfant d’une famille de cinq.

Deux enfants étaient morts avant sa naissance, l’une de ses petites soeurs deviendra religieuse Brigittine à Rome.

Son père Grazio Forgione devra partir travailler deux fois en Amérique pour payer les études de son fils et,
plus tard, les dépenses médicales occasionnées par la mauvaise santé du jeune prêtre.

  
Padre Pio aimait recevoir les enfants, il leur faisait un catéchisme plein d'humour
 

Dès l’âge de cinq ans, l’enfant jouissait de la vision de la Vierge Marie qu’il priait deux fois
par jour à l’église. C’était un garçon silencieux, tranquille et très obéissant. 

Il jouait rarement avec les enfants de son âge car il ne supportait pas les blasphèmes et les jurons que certains proféraient souvent.

Son meilleur ami était autre que son Ange Gardien.

À cinq ans à peine, il voulait de se donner tout entier à Dieu.

A six ans, à l'église du village  lui apparut le Sacré-Coeur de Jésus ;
Il lui fit signe d’approcher de l’autel et lui mit la main sur la tête.

Padre Pio  pris la décision de L’aimer et de se donner tout entier à Jésus
Le petit Francesco se plongea dans ses prières d’enfant.

Il acceptait les souffrances et s’imposait même, si jeune, des pénitences !

Un jour, sa maman le surprit , il n’avait à ce moment que huit  ans - derrière son lit, qui
se frappait avec une chaîne de fer. Elle le supplia de s’arrêter, mais il continuait de plus belle.
Elle lui demanda pourquoi il se frappait ainsi : « Je dois me battre comme les juifs ont battu
Jésus, répondit l’enfant, et lui ont fait jaillir le sang sur les épaules ! »
Le 27 septembre 1899, Padre Pio fut confirmé et fit sa première communion.

Il écrira plus tard : « Au souvenir de cette journée, je me sens tout entier dévoré par une flamme très vive
qui brûle et ne fait pas mal… » Ce qui laisse entendre qu’il reçut pleinement les Dons du
Saint-Esprit. Grâce aux visites d’un frère capucin, Francesco décida catégoriquement d’être
comme lui, un religieux « avec la barbe ».
 

Ce fut, pour le jeune capucin, une période de vie intérieure intense, de continuelle pénitence, et l’occasion d’une très rapide
progression dans les voies de la sainteté.

À vingt-trois ans, très malade et pensant à une mort prochaine, il demanda la faveur de l’ordination sacerdotale. Il fut donc ordonné le 10 août 1910 dans la cathédrale de Bénévent.

Le voilà prêtre pour l’éternité : « Comme j’étais
heureux, ce jour-là, écrit-il, mon coeur était brûlant d’amour pour Jésus… J’ai commencé à
goûter le paradis ! » Sur l’image souvenir de son ordination sacerdotale, il avait écrit son
programme de vie : « Jésus, mon souffle et ma vie, aujourd’hui que, tremblant, je t’élève dans
un mystère d’amour, qu’avec Toi, je sois pour le monde, voie, vérité, vie et pour Toi, Prêtre
saint, victime parfaite. »

Alors commence cette longue série de messes impressionnantes qu’il
célébrera jusqu’à sa mort. La dernière fois qu’il monta à l’autel, ce fut le 22 septembre 1968,
il mourut quelques heures plus tard, le 23 septembre, à 2 heures 30, au coeur de la nuit…

Padre Pio est marqué des plaies de la
crucifixion… Il les conservera cinquante années

http://pagesperso-orange.fr/sjladore/temoignages/Padre_Pio.pdf

Le Papa ( assis) et les deux nièces de Padre Pio