Maria Goretti

 Maria Goretti est fêtée le 6 juillet


Maria Goretti nait dans le petit village de Corinaldo, le 16 octobre 1890, région montagneuse de la Province d'Ancône dans le nord de l'Italie, et troisième d'une famille de sept enfants.

 

 

 

En 1899, son père, cultivateur pauvre, déménagea dans une ferme au bord de la Méditerranée, près de Nettuno au sud de Rome. Peu de temps après, son père meurt de la malaria laissant six enfants à nourrir.

 

 

Assunta, son épouse, décida de continuer la rude tâche et confia la garde des petits à Maria, âgée alors que de 10 ans pendant qu’elle allait travailler aux champs. Maria fait tout pour consoler sa mère et la seconder dans sa lourde tâche. Elle lui dit: "Courage, maman, n'ayez pas peur, nous grandissons. Il suffit que Notre Seigneur nous donne la santé. La Providence nous aidera. Nous lutterons, nous lutterons!"( sa maman)

Tout en s’occupant de ses frères et sœurs et de la maison, Maria  aimait réciter son chapelet. Elle le portait constamment sur elle et "ne se couchait jamais sans l'avoir dit en entier", a rappelé sa maman.

 Maria Goretti ne put apprendre à lire, car la pauvreté et l'éloignement du village l'empêchèrent de fréquenter l'école. A 11 ans, elle est prise d'un très grand désir de recevoir l'Eucharistie, mais, malgré sa foi solide, sa maman hésite: elle ne sait ni lire ni écrire, l'église est loin, le travail donne peu de temps libre et il faut acheter une robe de communiante. Maria elle redouble d'efforts pour soulager sa mère et met tant de bonne volonté qu'elle obtient gain de cause. Le 29 mai 1902, elle communie pour la première fois.

 ( Sa maman et deux de ses soeurs )

Maria aimait à recevoir Jésus le plus souvent possible et ne tint  jamais compte des difficultés et des distances à parcourir.   

 

 

Les Goretti partageaient la ferme avec une autre famille, les Serenelli. Leur fils, Alessandro, âgé de 20 ans, avait un caractère grossier et renfermé. Il avait remarqué Maria, il s’était mis à tourner autour d'elle. Mais peu à peu, la passion le prit  car bien  qu'elle n'ait pas encore 12 ans, elle était déjà grande et belle. Il en vint même à la menacer de la tuer si elle en parlait à sa mère. La promiscuité fut bien difficile à vivre.

 

Un jour de juillet à trois heures de l’après-midi, Alessandro revient à la charge alors que la jeune fille est dans la cuisine. Il l’attrape de force et exige qu'elle se plie à ses désirs. Maria se débat et le supplie de ne pas commettre de péché. Furieux de sa résistance, il la poignarde de 14 coups de poinçons avant de s'enfuir. Alerté par les cris de la petite Thérèse, le père Serenelli accourt avec d'Assunta. Alessandro s'est barricadé dans sa chambre. Les gendarmes interviennent et l'emportent, lié, marchant entre deux chevaux. Ils empêchèrent ainsi la foule hostile qui s'est formée de le frapper. Maria en sang, placée sur une charrette dont les secousses augmentent la douleur de ses blessures. Ils n'arrivèrent qu'à six heures du soir à l'hôpital de Nettuno. Les médecins sont étonnés qu'elle vive encore car elle a été atteinte au cœur,   aux intestins et au poumon gauche et ses quatorze blessures nécessitent une longue opération sans anesthésie. La jeune paysanne tente d'offrir ses grandes souffrances dans la prière. Le prêtre dira: "Sur son lit de douleur, son visage rayonnait de joie et de paix  

 ( la cuisine familiale )

 

  Elle meurt le 6 juillet 1902 à 3 heures de l'après-midi, premier samedi du mois. Le prêtre au chevet de la martyre,   « Et toi, Maria, pardonnes-tu ? lui demanda-t-il. - Oh, oui ! murmura sans hésitation la douce victime, pour l'amour de Jésus, qu'il vienne avec moi au Paradis ». Elle pousse un cri d'amour: "Marie"

Une foule considérable accompagna son corps lors de son enterrement.

 

Alessandro, il ne manifeste aucun repentir. Il est condamné à 30 ans dans une prison en Sicile. Un jour, Mgr Blandini, vient le visiter. Le gardien lui dit: "Vous perdez votre temps. C'est un dur, vous verrez!" Effectivement, il est mal reçu, mais quand il lui parle de Maria, Alessandro se met à pleurer et il écrit une lettre de pardon à l'évêque. Une nuit, en 1910, Maria lui apparaît en songe. Elle est vêtue de blanc; elle cueille des fleurs au jardin du Paradis et lui en offre. Très mal noté auparavant, il devint un prisonnier modèle.

(Allessandro)

Allessandro est gracié en 1929, pour bonne conduite, après 27 ans de détention. En 1937 il se rend à Corinaldo où Assunta est retournée vivre. Il se jette à ses pieds. "C'est moi Alessandro! Je viens demander pardon pour l'assassinat de votre fille." "Maria vous a pardonné, lui dit-elle, comment ne vous pardonnerais-je pas à mon tour?" Le lendemain, jour de Noël, ils assistèrent à la messe ensemble le lendemain, recevant la Sainte Communion l'un à côté de l’autre. Puis tous les deux sont invités à prendre leur repas chez l’évêque. Puis Alessandro Serenelli devint un frère laïc capucin Et  en 1947 il participe à la béatification de Maria, aux côtés d'Assunta et de la famille. Et de même pour la canonisation le 24 juin 1950 devant une foule immense. .  

  ( Allessandro après sa conversion )

( Allessandro et sa maman après sa demande de Pardon)

 

 

 ( Le jour de la Canonisation de Maria Goretti , une foule immense était venue )