Notre Dame de France à Istanbul

 

Bénédiction par le Patriarche œcuménique Bartholoméos 1er

14 décembre 1996 

 

Après une prière silencieuse dans la Cathédrale, puis les Vêpres (Lucernaire), Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholoméos 1er bénit longuement le groupe avec sa Croix.

Devant tous les pèlerins et une caméra de télévision, le Patriarche prit la parole:

Patriarche œcuménique Bartholoméos 1er : Bonsoir. Soyez les bienvenus. Qui est-ce qui se trouve à la tête du groupe?

(Edmond Fricoteaux et Olivier Bonnassies s'avancent)

Le Patriache : Bicéphalie !... Bien. Vous pouvez m'expliquer en quelques paroles ? De quoi s'agit-il ? Mettez-vous à ma droite et à ma gauche. Devant les fidèles.

Edmond Fricoteaux : La Mère de Dieu doit visiter le monde pour aider le Christ à pénétrer dans tous les cœurs, si je puis dire, puisqu'Elle est porteuse du Christ. Le monde est fou actuellement, et il est grand temps qu'Elle aille porter son Fils dans les âmes du monde entier...

Olivier Bonnassies : Notre grand espoir est de faire, par une prière, avancer la cause de l'unité des chrétiens. Nous voudrions que ce soit une prière ensemble, catholiques et orthodoxes, et d'autres chrétiens si possible, autour de Marie. Parce que nous pensons que si les catholiques et les orthodoxes, frères, peuvent prier ensemble, cette prière sera très agréable aux yeux de Dieu.

Edmond Fricoteaux : Et nous savons, Sainteté, que vous êtes très attaché à l'unité, à l'œcuménisme.

Le Patriarche : D'autant plus que j'ai fait mes études à Rome.

Olivier Bonnassies: En fait, on a pensé à quelque chose de très simple. C'est Edmond qui a reçu cela dans sa prière: que des statues et des icônes de la Mère de Dieu soient pèlerines dans le monde entier, pour proposer des veillées de prière, partout. Et notre grand espoir serait que vous-même et le Pape Jean- Paul Il puissiez encourager cette prière.

Le Patriarche : Vous avez visité déjà sa Sainteté le Pape ou pas encore?

Olivier Bonnassies: La semaine dernière, nous sommes allés à Rome et nous avons fait bénir les statues et les icônes sur la Place Saint-Pierre. Nous avons eu 250 statues et icônes.

Olivier Bonnassies: (présentant une photo prise sur la Place Saint-Pierre) : Ces statues et ces icônes venaient du monde entier.

Le Patriarche : Vous aviez des Saintes Vierges peintes à la manière orientale.

Edmond Fricoteaux : Oui, Oui, à l'œuf.

Olivier Bonnassies : Toutes ces icônes ont été faites en Grèce. Il y en a 50 au total, 40 en Grèce. Ces Vierges ont été bénies par le Saint-Père et on a la certitude que ce projet est très...

Edmond Fricoteaux: dans son cœur !...

Olivier Bonnassies: qui en est très heureux, et on voudrait le faire connaître dans le monde entier, et si possible dans le monde catholique et dans le monde orthodoxe.

Edmond Fricoteaux : Et tu peux ajouter que le Saint-Père, quand il a su que vous nous receviez, était aussi très heureux.

Olivier Bonnassies: Dans l'entourage du Saint-Père, ils ont dit que c'était très...

Le Patriarche : très symbolique...

Olivier Bonnassies: Oui, très important.

Le Patriarche: Et après Istanbul, vous allez où ?

Edmond Fricoteaux: Nous rentrons...

Le Patriarche: Vous rentrez en France? Tous: Oui...

La Bénédiction : Le Patriarche: Je vous salue au nom du Patriarcat œcuménique et de moi-même. Je vous souhaite la bienvenue. Je vous félicite pour cette initiative si agréable à Dieu et à sa Mère. Je bénis de tout mon cœur vos efforts pour apporter le message du Christ et de sa Mère, la Sainte Vierge, au monde actuel et surtout aux jeunes, qui ont plus de besoins. Vous savez que le culte de Marie possède une place centrale dans la piété du monde orthodoxe, alors nous sommes, de ce point de vue, et de beaucoup d'autres points de vue, très proches les uns les autres. Bien sûr, nous prions ensemble, chaque fois que c'est possible, comme par exemple ici, ce soir, dans la Cathédrale Patriarcale Saint-Georges. L'année passée, au mois de novembre, j'étais en France, comme vous le savez bien. J'ai eu la joie et le privilège de prier avec les catholiques français et avec les orthodoxes aussi, à Notre-Dame de Paris, à Saint-Étienne, la Cathédrale orthodoxe de Paris, ainsi que à Lourdes où j'ai été reçu par toute la Conférence Épiscopale de France qui m'a offert une très belle statue de la Sainte Vierge que je garde dans mon appartement privé, et chaque jour que je la regarde, je reviens spirituellement en France, je prie pour la France, pour les Français, pour l'Église de France, la Fille aînée de Rome, n'est-ce pas?

Tous : Oui...

Le Patriarche : Parfois il y a eu des problèmes...

Edmond Fricoteaux : Je vois que vous êtes très au courant !...

Le Patriarche: Récemment encore, le Saint-Père était en France, il y a eu quelques problèmes, mais ça arrive. Les gens ont été créés libres par le Bon Dieu, alors dans cette liberté des enfants de Dieu, ils peuvent manifester leur idéologie, leur croyance, leurs réactions. En tous cas, je suis, moi et mes collègues, très heureux de vous accueillir ici. Que le Bon Dieu vous accompagne partout dans vos démarches et vos efforts. Je vous propose de réciter le Notre Père ou bien de chanter l'Ave Maria, comme vous voulez.

Edmond Fricoteaux : Les deux, les deux !...

Le Patriarche: Les deux alors. Je vous offre moi aussi une petite icône de la Sainte Vierge pour qu'elle soit ajoutée à la collection si riche. (Le Patriarche embrasse l'icône, bénit le groupe avec et la remet à Edmond).

Edmond Fricoteaux : Merci infiniment, merci beaucoup !...

Olivier Bonnassies : Nous avons aussi des choses à vous offrir. Ce cadre-là qui est un peu encombrant.

Le Patriarche : Merci. J'étais là, en haut, avec Sa Sainteté le Pape, l'année passée, le jour de la fête de saint Pierre et saint Paul et nous avons béni ensemble la foule. Le 29 juin, il pleuvait beaucoup.

Olivier Bonnassies: Signe de bénédiction...

Le Patriarche : Des cieux sur la terre !... (Notre Père, Je vous salue Marie chantés en latin avec le Patriarche)

Le Patriarche: Je peux le réciter en grec aussi... Alors, j'ai des petites croix en souvenir et en bénédiction pour vous tous. Venez l'un après l'autre. Tout d'abord les deux chefs. Venez. Et qu'est-ce que ça veut dire, ça ? (montrant l'écharpe bleue NDF. Nous lui expliquons et lui en donnons une).

Le Patriarche : Merci beaucoup. Derrière ma petite croix, mon nom est écrit. Priez pour moi, s'il vous plaît.

Edmond Fricoteaux : Merci ! Nous le ferons. C'était déjà fait et ça continuera !

Le Patriarche: Merci, merci. Je n'en doute pas. Je suis très heureux de voir des jeunes parmi vous. (Puis présentation de plusieurs personnes et des prêtres qui viennent chercher la petite croix, etc.)

Olivier Bonnassies: C'est une très, très grande joie pour nous.

Le Patriarche: Bon retour. Bonne année. A la prochaine fois!...

Edmond Fricoteaux : Est-ce que je peux embrasser l'icône?

Le Patriarche : Oui. Elle a été faite en Russie. Au revoir! (puis bénédiction de tous en partant). Un accueil extraordinaire, que personne ne pourra oublier... Et, dans la joie de ce moment, Edmond remercie au nom de tous "La Gouvernante", pour ce privilège d'aimer, de faire aimer et de servir la Très Sainte Vierge Marie dans son projet