Témoignages

                                                      

  •  Lorsqu’on se met à genoux au milieu d’enfants en face de Jésus-Hostie, explique le père Antoine, c’est étonnant de voir la rapidité avec laquelle ils se mettent à adorer. Et dès que l’on se prosterne devant Jésus après leur avoir dit qu’il était là, caché sous les apparences de l’Hostie, lui qui est vrai Dieu et vrai homme, ils n’hésitent pas une seconde à se prosterner et à adorer leur Créateur et la sainte Trinité.http://www.childrenofhope.org/
  • Les adultes, les parents surtout, sont souvent très étonnés et même dans l’admiration de voir certains enfants turbulents courir à la chapelle pour leur temps d’adoration. Beaucoup entrent très vite dans le silence en face de Jésus-Hostie, en se prosternant sans hésitation devant lui, car ils savent qu’il est bien là, caché sous les apparences du pain. On ne peut qu’admirer combien Jésus exerce une attraction puissante sur les enfants qui viennent le rencontrer, même les enfants des rues comme en Roumanie ou en Lituanie. Jésus peut bien attirer qui il veut, baptisé ou non, et lui faire croire à sa présence et à son amour, raconte le père de la communauté Saint-Jean, le sourire aux lèvres.
  • Et le Seigneur réalise des merveilles ! C’est lui qui œuvre… « Ce que j’aime vraiment dans l’adoration, ce sont les moments de prière en silence ; alors je peux avoir une conversation personnelle avec Jésus qui est là, en face de moi. » « On peut lui parler et l’écouter. » Dans son Amour, le Seigneur vient aussi toucher les plus grands : « Il y a tellement à faire pour les enfants et j’essaye de faire de mon mieux pour garder un contact spirituel avec eux, parce qu’ils sont ma force quand je me sens faible et mon espérance quand je doute », disait un prêtre de Papouasie, en Nouvelle-Guinée, qui adore Jésus avec les enfants.
  • Dans le monde très sérieux des adultes, souvent plein d’anxiété et de tensions diverses, la joie, le sourire, l’insouciance et l’innocence des enfants manifestent bien leur abandon confiant à ceux dont ils se savent aimés. Jésus nous les donne donc en exemple. Jésus révèle cette dépendance dans l’amour qu’il attend de nous : « Moi, je suis la vigne, vous les sarments. Celui qui demeure en moi et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car hors de moi, vous ne pouvez rien faire. » (Jn 15,5)
  •  

    En nous exposant à Jésus exposé à Sainte-Clotilde, nous désirons avec Son cœur, nous prions avec Son propre cœur, nous entrons dans Sa propre offrande au Père ; Le Saint Esprit, venant au secours de notre faiblesse, nous fait entrer dans cette dynamique de l’offrande de Jésus à Son Père, nous fait aimer avec Son propre cœur, nous fait prier avec Ses propres mots et finalement, nous incorporant à Sa sainteté, nous rend comme citoyens du ciel.