La présence naturelle de Dieu en toutes choses

 La présence naturelle de Dieu en toutes choses

d' un Chartreux

"Pour mieux comprendre la présence surnaturelle de Dieu, rappelons-nous d'abord comment Dieu est naturellement présent.

Dieu est partout. Cette vérité si simple, nous l'oublions trop. 

Elle pourrait cependant, si nous y pensions davantage, donner une orientation nouvelle à notre vie.

Nous nous fatiguons quelques l'imagination pour nous représenter un Dieu lointain, et notre prière en souffre.

Dieu est Esprit, l'Esprit qui n'est pas limité en un lieu, mais qui pénètre toutes choses. Aussi les vrais adorateurs adorent-ils Dieu "en esprit et en vérité".

Rappelons-nous la parole de l'Apôtre: "C'est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l'être "( Ac 17, 28)

Au début de notre vie spirituelle, nous commencerons par ouvrir les yeux à cette grande vérité. Le résultat sera merveilleux, si nous pouvons arriver à faire vivre en nous cette pensée de la présence immédiate et univeselle de Dieu.

Dieu nous connaît, nous voit parfaitement et sans cesse, car Il connaît et voit toutes choses: "Où pourrais-je aller pour échapper à votre esprit, où pourrais-je fuir pour me soustraire à votre face ? Si je m'élève jusqu'au ciel, je Vous y trouve; Si je descends jusqu'aux Pays des Morts, Vous êtes là.." (Ps 138)

Dieu ne nous atteint pas seulement d'un simple regard, mais Il commande et dirige tout ce que nous faisons.

C'est Lui qui nous donne de vouloir aussi bien que de réaliser (Ph 2, 13 ) . S'Il n'était pas présent en moi, je ne serais pas même capable de remuer le petit doigt.

Rien, absolument rien qui ne soit soumis à son action: pas même le péché. Dans l'acte du péché, Dieu est là, Dieu donne le pouvoir d'agir et l'exercise de l'acte. La dépravation de notre volonté est la seule chose qui ne vienne pas de Dieu. Puisqu'Il est cause première et totale, nous ne pouvons faire sans Lui l'acte le plus infirme. S'il en était autrement, Dieu ne serait plus Dieu. "Si je prenais mon vol dès l'aurore, et que j'allasse me poser à l'extrême rivage des mers, là-bas aussi votre main me conduirait, et votre droite me tiendrait dans son étreinte" (Ps 138)

Mais il y a plus encore. Il ne suffit pas que Dieu gouverne lé créature et qu'Il dirige son activité. Etant le principe unique et souverain de la totalité des êtres, il faut qu'Il les soutienne dans l'existence, qu'Il continue à chaque instant de leur donner tout ce qu'ils sont.

Si l'agir divin cessait une seconde, l'univers et nous-mêmes nous nous évanouirions comme un rêve.

Lorsqu'on a compris la nécessité de l'acte divin, consernant ainsi les choses après les avoirs crées, on trouve au plus petit objet une grandeur singulière, puisque c'est le Tout-Puissant, et Lui seul, qui, présent dans cet être infime, le maintient hors du néant.

L'ombre est la plus faible des réalités, semble-t-il: notre ombre n'est rien en comparaison de nous-mêmes.

Mais en comparaison de Dieu présent en nous, nous avons moins de réalité encore.

Auprés de la réalité divine, nous ne sommes pas des ombres.