22) Comme cette eau se mêle au vin….

 22) Comme cette eau se mêle au vin….

 avecmarielesenfntsprient

Lors de la préparation des dons le célébrant verse un peu d’eau dans le calice et dit « Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ». Pourquoi mentionner l’eau alors que l’Ecriture n’en parle pas ?

Certes le vin employé par Jésus devait être de ces vins forts de Palestine qui exigent d’être coupés avec de l’eau. Mais cette adjonction d’eau, envisageable historiquement et dont saint Justin fait déjà mention au IIème siècle, a surtout reçu une valeur symbolique.

Elle rappelle le sacrifice du Christ qui de son coté ouvert laissa couler du sang et de l’eau (Jn 19,34). Dans l’Eglise d’Orient elle manifeste les deux natures du Christ, l’eau de son humanité jointe au vin de sa divinité. Chez nous, latins, elle représente davantage l’union de l’Eglise au sacrifice du Christ. « Nous voyons que par l’eau c’est le peuple qu’il faut entendre, explique saint Cyprien (+ 257) et par le vin, le sang du Christ ». Cette petite goute dans le calice : c’est nous !

Le Seigneur qui a donné sa vie, pour nous, une fois pour toute, associe à nouveau chacun de nous à l’offrande faite au Père dans l’eucharistie. Que pouvons-nous demander de plus que de voir notre « humanité » ainsi unie, tout au long de notre vie, à la «divinité du Christ » ?