14) Pourquoi faisons-nous trois petits signes de croix sur nous-mêmes lors de l’acclamation de l’évangile ?

 14) Pourquoi faisons-nous trois petits signes de croix sur nous-mêmes lors de l’acclamation de l’évangile ?

Prolongement de la prophétie du livre d'Ézéchiel (9, 4-6) : « Passe par le milieu de la ville, et marque d'un signe le front des hommes », tracer sur son front un petit signe de croix est un geste extrêmement ancien dans l’Eglise. Déjà, Tertullien, un père de l’Eglise du IIe siècle en fait déjà mention : « Au moment de sortir, au début et à la fin de toutes nos activités, au moment de nous habiller, à table, en allumant les lumières, quand nous nous couchons ou nous reposons, à chacune de nos activités, nous nous marquons le front avec le signe de la croix.»

Aujourd’hui, nous nous associons l’acclamation avant l’Evangile par une triple petite « signation » sur le front, les lèvres et la poitrine. Cette marque de vénération du Christ dans sa Parole, attestée depuis le XIe siècle, exprime notre désir d’accueillir pleinement la Bonne Nouvelle avec toute notre intelligence (front), notre capacité à témoigner par nous-mêmes (bouche) et avec tout notre amour (cœur).

C’est une belle occasion de s’adresser au Seigneur en nous-mêmes, et de lui dire avec nos mots, combien nous voulons nous présenter ouverts et disponibles pour accueillir ce qu’Il veut nous dire.