4) « Seigneur, prends pitié » : Quel sens donner au « Kyrie » ?

 « Seigneur, prends pitié » : Quel sens donner au « Kyrie » ?

Déjà présente dans les Psaumes et le Nouveau Testament (Mt 15, 22, 20, 30) l’invocation « Kyrie Eleison » (traduit du grec par « Seigneur, prends pitié ») est sans doute l’une des plus anciennes de la liturgiques chrétienne. Elle est la supplication de la Cananéenne dont la fille est malade ou des lépreux sur le bord du chemin.

Cependant, plus qu’une prière de pénitence ou une supplication, le « Kyrie » peut être vécu comme une véritable louange, une adoration.

Parfois utilisé comme réponse de l’assemblée aux intentions de la prière universelle ou dans les litanies des grandes célébrations, le « Kyrie » est par excellence le cri confiant du Peuple de Dieu vers son Seigneur. Un cri que chacun de nous peut laisser retentir, certain d’être entendu.