44: Les Romains, fin de l'indépendance

Aristobule, fils de Jean Hyrcan, fut le premier depuis la captivité qui reprit le titre de roi de la nation juive. Son règne fut troublé par des violences et des meurtres. Ce triste état de choses dura encore sous son fils Alexandre Jannée, deuxième et dernier roi de cette période. A la mort d'Alexandre, sous prétexte de pacifier ses deux enfants qui se disputaient le pouvoir, les Romains, sous la conduite de Pompée, leur général, envahirent  la Judée et la rendirent tributaire.

La nation juive fut dès lors gouvernée au nom du peuple romain: Hérode, un Iduméen d'origine païenne, reçut de l'empereur de Rome le titre de roi. Ce prince bâtit à Jérusalem un théâtre, un gymnase pour l'instruction de la jeunesse, à la mode des nations païennes d'alors; il institua des fêtes et des jeux profanes; mais en même temps, pour se concilier les fidèles juifs, il voulut agrandir et embellir le Temple de Jérusalem, bâti par Zorobabel au retour de la captivité de Babylone.

C'est sous ce prince que naquit le Christ, ce Messie que tant de générations avaient attendu, que tant de prophètes avaient annoncé. C'était bien, en effet, le temps fixé par les oracles divins, lorsque le peuple juif avait perdu pour toujours son autonomie et son indépendance.

Un peu plus tard, les Romains enlevèrent le titre de roi qu'Hérode avait porté, et ce furent seulement des "procurateurs" qui gouvernèrent au nom de Rome. L'un d'entre eux devait être tristement célèbre, Ponce Pilate, qui consentiraient à la mort de Jésus-Christ, et se ferait ainsi l'instrument inconscient de la rédemption du monde par le sang du Messie.