43: les Macchabées

La persécution des rois syriens excita, par son atrocité même, les juifs à reconquérir à tout prix leur indépendance. La lutte fut d'abord menée par une famille providentiellement suscitée, et dont Mathathias, un prêtre de Jérusalem, était le chef. Après lui, son fils Judas continua la guerre sainte contre les ennemis du peuple de Dieu. Les succès qu'il remporta furent tels, qu'on lui donna le surnom glorieux de Machabée, c'est à dire " Marteleur", pour symboliser la manière dont il brisa la puissance syrienne. C'est lui qui eut la gloire de purifier le Temple, profané par le culte idolâtrie imposé par Antiochus, de relever l'autel du Seigneur et de réorganiser le culte sacré. Le nom de Macchabée fut conservé ensuite par la famille de Judas.

Dieu manifesta d'une manière sensible sa protection sur Judas Macchabée et sur son armée, en faisant paraître des anges qui, sous la forme de cavaliers, défendirent les armées israélites lorsque les peuples voisins, faisant cause commune avec les Syriens, se réunirent pour combattre les Juifs. Quant au roi Antiochus, il expira dans d'atroces souffrances: des plaies épouvantables pourrissaient sa chair.

Il mourut en reconnaissant la juste main de Dieu d'Israël appesantie sur lui.

Les frères de Judas Macchabée partagèrent son héroïque courage contre les rois syriens qui succédèrent à Antiochus. Eléazar Macchabée se couvrit de gloire en mourant victime de son dévouement: dans un combat où les éléphants du roi de Syrie étaient entrés en ligne, il eut l'audace de s'avancer jusqu'à celui qui portait le roi.

Il se glissa sous le ventre de l'animal; mais l'éléphant, en tombant blessé mortellement, écrasa sous son poids celui même qui le faisait périr.

Simon Macchabée eut le bonheur de libérer enfin son pays de la tyrannie syrienne; et son fils, Jean Hyrcan, conclut avec le roi de Syrie une paix définitive assurant l'indépendance de la Judée. Le grand prêtre des Juifs fut alors le prince effectif de la Judée. Le pays connut une période de Paix.