33 : La Gloire et les fautes de Salomon

Le Roi d'Israël voulut ajouter encore à l'éclat de sa puissance: il bâtît pour lui-même un palais d'une richesse inouïe, non loin du Temple, et il le meubla d'une manière somptueuse; il fit entreprendre de grands travaux, notamment pour amener à Jérusalem, par des aqueducs, des eaux de source prises aux environs de Bethléem.

Les monarques étrangers entretinrent avec Salomon des relations amicales, et tous étaient dans l'admiration de sa gloire. Illustre entre toutes fut la visite qu'il reçut d'une princesse de l'Orient, la reine de Saba, qui voulut venir en personne voir Salomon, contempler ses richesses, s'entretenir avec lui, jouir surtout de sa sagesse et des séduisantes qualités de son esprit.

Malheureusement, Salomon se laissa éblouir lui-même par sa propre puissance: il crut que tout lui était permis. Il tomba en de déplorables faiblesses: les femmes, issues de nations païennes, qu'il avait admises près de lui, installèrent jusque dans le palais du roi des idoles de leurs peuples, et Salomon tolérait ces cultes sacrilèges.

De plus, il fut trop dur pour ses sujets, que ses fastueuses dépenses accablaient de charges et d'impôts.

Dieu annonça au souverain, par la bouche du prophète Ahias, que, pour punir de telles fautes, le royaume qu'il avait scandalisé serait, après sa mort, divisé en deux parts.

Salomon mourut en l'an 975 avant l'ère chrétienne.