2: Création et Faute de l'Homme

L'homme est, sur terre, le chef-d'oeuvre de Dieu.

Quand le monde fut prêt à recevoir la créateur qui seraient comme le roi de l'univers, Dieu forma de la terre le corps de l'homme, et il lui donna une âme. C'est avec raison que la sainte Ecriture dit que l'homme a été fait à l'image et à la ressemblance de Dieu, non seulement parce que Dieu, qui est l'idéal de toute splendeur, a fait le corps de l'homme admirable dans ses organes, mais surtout parce que, par son âme, l'homme participe à l'intelligence de Dieu.

Adam est le nom du premier homme, Eve celui de la première femme.

En créant nos premiers parents, Dieu les avait enrichis de dons précieux: de tous, le plus beau était l'heureux état de leur âme ornée de la grâce divine; ils étaient les amis de Dieu, et la race qui devait naître d'eux participeraient à leurs privilèges, sans connaître les maux de la vie et les tristesses de la mort. Toutefois, ce droit à conserver pour eux et pour leurs descendants des biens magnifiques étaient subordonné à leur obéissance vis-à-vis de leur Créateur.

Dieu avait placé Adam et Eve dans un lieu charmant, que l'Ecriture appelle "Paradis terrestres". Là était un arbre des fruits duquel le Seigneur avait défendu à Adam de manger. L'épreuve était simple, et Dieu en l'imposant voulait seulement obtenir de l'homme un acte constant de fidélité. Hélas! l'orgeuil qui avait perdu les anges révoltés devait perdre aussi nos premiers parents. Excitée par le démon caché sous les traits d'un serpent, Eve osa cueillir l'un des fruits défendus, et elle persuada Adam d'en manger avec elle, sous prétexte de connaître le bien et le mal pour devenir semblable à Dieu.

Ils n'avaient jusque là connu que le bien .

Ils ne tardèrent pas à expérimenter combien il était funeste d'avoir connu le mal. Leurs âmes perdirent l'innocence en perdant la grâce de Dieu; ils comprirent leur faute, et ils entendirent la voix du Seigneur leurs donner les conséquences pour eux et ceux qui seraient leurs descendants, au travail pénible, aux épreuves et à la mort.

En faisant leur propre malheur, Adam et Eve firent celui de leurs enfants: c'était justice, car les fils sont dépendants et solidaires de leurs parents, car la faute d'Adam se transmet à tous les hommes.

Après son péché, l'homme fut chassé par Dieu loin du paradis terrestre; un ange l'en écartait pour toujours.

Cependant l'infinie miséricorde de Dieu eut pitié de l'humanité coupable en Adam.

A l'heure même où le Seigneur maudissait sa créature, il lui laissait une parole d'immortelle espérance en lui promettant qu'un jour naîtrait le Messie, dont l'attente allait remplir l'histoire religieuse du monde, et dont Dieu providentiellement préparerait la venue ici-bas