On ne tue pas au nom de Dieu

Plus jamais de violence!

Plus jamais la guerre!

Plus jamais le terrorisme!

Au nom de Dieu, que chaque religion apporte sur terre Justice et Paix, Pardon et Vie! Amour !
Jean Paul II

Celui qui tue par des actes terroristes nourrit des sentiments de mépris envers l'humanité, faisant preuve de désespérance face à la vie et à l'avenir: dans cette perspective, tout peut être haï et détruit.

La vérité ne s'impose pas : Le terroriste pense que la vérité à laquelle il croit ou la souffrance endurée sont tellement absolues qu'il lui est légitime de réagir en détruisant même des vies humaines innocentes.

Le terrorisme est parfois engendré par un fondamentalisme fanatique, qui naît de la conviction de pouvoir imposer à tous d'accepter sa propre conception de la vérité.

Au contraire, même à supposer que l'on ait atteint la vérité, et c'est toujours d'une manière limitée et perfectible, on ne peut jamais l'imposer.

Le respect de la conscience d'autrui, dans laquelle se reflète l'image même de Dieu (Gn 1), permet seulement de proposer la vérité aux autres, auxquels appartient ensuite la responsabilité de l'accueillir.

Prétendre imposer à d'autres par la violence ce que l'on considère comme la vérité signifie violer la dignité de l'être humain et , en définitive, outrager Dieu dont il est l'image.

C'est pourquoi le fanatisme fondamentaliste est une attitude radicalement contraire à la foi en Dieu.

A y regarder de près, le terrorisme exploite non seulement l'homme, mais Dieu lui-même, dont il finit par faire une idole qu'il utilise à ses propres fins.

La guerre ne peut pas être religieuse: Aucun responsable religieux ne peut donc user d'indulgence à l'égard du terrorisme et moins encore le préconiser. C'est une profanation de la religion que de se proclamer terroriste au nom de Dieu, d'user de violence sur les hommes au nom de Dieu. La violence terroriste est contaire à la foi en Dieu Créateur de l'homme, en Dieu qui prend soin de l'homme et l'aime.

En particulier, elle est totalement contaire à la foi dans le Christ Seigneur, qui a montré à ses disciples comme prier: "Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient" (Mt 6)

 

Agnés Renault , Feu et Lumière ,n204